“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • Que des rumeurs !
  • 15 juillet 2011,
    par gsite
  • Je suis bien décidé à faire taire les ragots qui circulent. Certains se demandent comment m’a été accordé ce privilège d’écrire dans la Dépêche. On prétend que le billet d’humeur avait été proposé à quelqu’un d’autre, moins ancien que moi au Parti (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • .. Les COLLABOS
  • 15 juillet 2011,
    par gsite
  • Les anciens de la Résistance et la gauche à Romilly ne veulent pas que le nom d’un collabo, Paul Belmondo en l’occurrence, vienne ternir l’image de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2011 > Juillet > N1138 > Les méfaits de la politique des Adnot, Baroin, Menuel et Cie. 53% des aubois (...)

Les méfaits de la politique des Adnot, Baroin, Menuel et Cie. 53% des aubois camperont chez eux !

vendredi 15 juillet 2011 , 83 : visites , par LDA

Nouvel effet patent de la politique néfaste de la droite dans l’Aube : un pourcentage supérieur à la moyenne nationale de familles qui ne partiront pas en vacances, faute de moyens financiers.

Un récent sondage indique que 45% des Français ne partiront pas en vacances cette année. Dans l’Aube, où les ménages sont frappés à tous les niveaux par une droite ultra dominante, où le niveau des salaires est de 16% inférieur à la moyenne nationale, où le chômage grimpe en flèche... le pourcentage de personnes qui “resteront chez elles” est de 53% ; huit points de plus que la moyenne nationale. Un indicateur, s’ajoutant à d’autres, bien triste mais qui n’a pas de quoi surprendre. Au niveau national, 17% des personnes interrogées qui sont allées l’an passé en vacances n’iront pas cette année.

L’AUSTÉRITÉ EST DE RIGUEUR

Nul besoin d’être énarque pour en tirer les enseignements. Derrière les motifs invoqués
- quand ils ne sont pas clairement avoués - il y a le manque d’argent, la nécessité de faire des économies. L’an passé, M. Adnot, président du Conseil général, a mis en oeuvre un plan de rigueur , rendant payant s
- entre autres dispositions - les transports scolaires. Alors évidemment, les parents doivent faire des économies. Quand les maires de droite dans l’Aube réduisent dans leurs communes les services à la population ou les confient à des sociétés privées, évidemment les familles doivent faire des économies ! Quand, à Troyes, F. Baroin refuse la mise en place d’un quotient familial, qu’à Romilly la majorité UMP remet une bonne louchée de hausse sur les prix des cantines scolaires ; quand les prix augmentent, que les remboursements des soins baissent, il faut faire des économies pour assurer le nécessaire et payer les factures ; en rognant sur les vacances (11% de ceux qui partiront, le feront en « changeant de type de vacances pour dépenser moins ») ou en y renonçant.

RES-PON-SA-BLES !

Les notables-élus de droite, pédagogues, nous expliquent qu’il faut faire des efforts. On a même entendu, à propos du paiement des transports scolaires, qu’il fallait « responsabiliser  » les gens. Parce qu’en effet, il faut être bien irresponsable pour ne pas pouvoir finir le mois avec une paye de smicard, le RSA ou les allocations de chômage ! La droite est responsable, elle : elle a supprimé le bouclier fiscal et allégé l’impôt sur la fortune. Un cadeau aux riches de deux milliards d’euros par an. Cette politique, où des millions de français doivent faire des sacrifices quand les riches exhibent sans aucune pudeur leur fortune, cette politique clientèliste de l’UMP au service des courtisans de la Sarkozie est majoritairement contestée. Mais il faut aller plus loin. Il faut qu’une réelle alternative émerge, campée sur ses deux jambes bien à gauche et qui mettra effectivement en oeuvre son projet.

Cette alternative, le Front de gauche ambitionne d’en être l’initiateur en construisant une dynamique majoritaire de transformation sociale. Ce sera l’enjeu de notre combat polititique dans la perspective des élections de 2012.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1138

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|