Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

Accueil > Archives > National > Economie – Social > L’impôt sur le revenu pour payer les intérêts des banques !

L’impôt sur le revenu pour payer les intérêts des banques !

Pour une autre politique du crédit.

jeudi 28 avril 2011 , 521 : visites , par LDA

“Maîtrise des comptes publics” dit F. Baroin. Une telle maîtrise peut-elle être effectuée sans réorienter la politique du crédit et l’action des banques ? Sans cela, c’est l’austérité libérale.

Comme quelques millions de français, nous venons de recevoir une lettre d’un ministre : F. Baroin, ministre du budget, etc. On voit que 1789 est passé par là. Naguère, le fermier général envoyait ses sbires collecter l’impôt à coups de triques. Aujourd’hui, le ministre a toutes les prévenances à l’égard du contribuable : il lui explique même, avec de jolis camemberts, “ à quoi servent nos impôts ? ”.

LA CHARGE DE LA DETTE

3ème poste des dépenses : la charge de la dette avec 45,4 milliards d’euros. C’est quoi la charge de la dette ? Ce sont les intérêts payés aux créanciers : banques et organismes financiers. Mais le capital, comme dirait Marx, il faut aussi le rembourser. Vous ne le trouverez pas dans les dizaines de pages des lois de finances, qu’elles soient initiales, rectificatives ou définitives. Pourtant, les émissions de bons du Trésor, les obligations, à moyen ou à long terme, comportent une échéance où le débiteur (l’état en l’occurrence) doit rembourser le capital emprunté. Ce remboursement, où est-il ? Pour le trouver, il faut aller faire un tour du côté de l’agence France Trésor qui gère la det te de l ’état . Entre 1995 et 2011 le capital emprunté a déjà été remboursé 4,6 fois et il en reste encore trois fois plus à rembourser ! En 1995, la dette publique s’élevait à 431 milliards d’euros. Fin 2011, le total cumulé des intérêts servis et des capitaux remboursés s’élèvera lui, à 2 013 milliards d’euros. Les intérêts payés représenteront à eux seuls plus de deux fois le montant total des dépenses du budget général pour 2011.

PLOMBÉS PAR LA FINANCE

Pour en revenir aux chiffres du ministre, on peut considérer que les 52,2 milliards d’euros de nos impôts sur le revenu serviront tout bonnement à payer les intérêts des banquiers. Alors qu’on supprime en France des dizaines de milliers de postes de fonctionnaires chaque année, que l’Education Nationale est exangue, que la recherche et l’enseignement supérieur souffrent d’un manque grave de moyens, que la justice n’a plus, elle aussi, les moyens de fonctionner, que la mission « solidarité, insertion, égalité des chances » relève de la déclaration d’intention... gaver les banquiers ne nous apparaît pas comme “un acte civique majeur” pour reprendre l’expression de M. Baroin. Cette dette publique abyssale est le résultat direct des politiques néolibérales pratiquées depuis le début des années 1980. C’est en leur nom que sont imposés les plans d’austérité qui frappent aujourd’hui les peuples. Une autre politique du crédit est urgente et ce serait même un acte de salut public. Il faut remettre à plat et dans la transparence la politique des finances publiques pour la mettre au service des populations. Tant pis si les banquiers y laissent des plumes !

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1127

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|