“Il n’y a rien de plus horrible dans le grotesque qu’un Tom Pouce qui affecte de jouer les Tamerlans.” Macron ? Karl Marx

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > DÉCISION MODIFICATIVE DU BUDGET RÉGIONAL : LA DYNAMIQUE MAINTENUE

DÉCISION MODIFICATIVE DU BUDGET RÉGIONAL : LA DYNAMIQUE MAINTENUE

jeudi 29 juillet 2010 , 457 : visites , par LDA

Un budget maintenu malgré les effets de la crise et les menaces gouvernementales sur l’avenir La majorité du Conseil régional s’est élargie depuis les dernières élections régionales mais par son vote la composante écologiste a clairement montré sa volonté de s’inscrire dans le projet initié sous la précédente mandature. Il est vrai qu’en ces temps difficiles et incertains pour les collectivités territoriales, le volontarisme affiché par la Région Champagne-Ardenne tranche avec l’austérité ambiante. En effet, si les conseils généraux de droite subissent comme les autres les conséquences des décisions d’un gouvernement qu’ils ne cessent pourtant pas de soutenir, ils n’affichent clairement pas la même dynamique.

La décision modificative du budget a permis de corriger légèrement le budget tel qu’il avait été voté sous le mandat précédent en tenant compte des promesses faites durant la campagne notamment pour l’aide aux jeunes agriculteurs, le soutien à la culture ou encore la hausse du montant crédité sur la carte lycéo qui passe à 100 € au lieu de 80 précédemment.

Cette avancée pour un droit d’accès à l’éducation universel est depuis toujours combattue par l’opposition de droite à la Région. Elle est dorénavant sous la menace d’une décision prise par le ministre-maire de Chaumont Luc Chatel qui veut faire supporter le surcoût d’une réédition des manuels scolaires aux parents d’élèves. Le Conseiller régional communiste Jean- Claude DAMMEREY qui préside la commission des lycées à la Région a quant à lui réclamé le financement de ce surcoût par le ministère qui est à la base de cette décision.

L’opposition dédouane le gouvernement de ses responsabilités et s’en prend à la majorité En s’appuyant sur le rapport d’une agence de notation, Marc Sebeyran au nom de l’UMP, a souhaité faire sensation dans sa critique de la gestion de la région. Il n’a pourtant convaincu personne tant par rapport au manque de crédibilité de ce type de sources qui ont une responsabilité reconnue dans la crise financière que par sa mauvaise foi concernant le recours au créditbail pour réaliser une part des investissements en matériel ferroviaire régional.

Pierre Mathieu lui a par ailleurs répliqué que ce mode de financement retenu à l’unanimité à l’époque avait permis de réaliser 9 millions d’euros d’économie. Il a également plaidé pour une intervention des banques à la hauteur de l’aide qu’elles ont reçue des pouvoirs publics pour développer les investissements en allongeant les durées de remboursements pour les emprunts de ce type tout en réduisant de façon substantielle le coût de ces crédits.

La suppression de la taxe professionnelle qui prive la région d’une recette dynamique et son remplacement par une dotation dont le montant global est déterminé par l’Etat qui a l’ambition de les réduire, fait pourtant peser de lourdes menaces sur l’investissement à venir des collectivités et sur la croissance. Ces politiques et les emplois générés sont autant d’éléments indispensables à la vie économique que les élus de droite prétendent soutenir alors même qu’ils coupent les vivres aux collectivités et critiquent l’investissement économique de la Région.

Les conseillers régionaux UMP ont également manifesté leur solidarité vis-à-vis du gouvernement en refusant de prendre position sur les voeux déposés par les élus de la majorité, pour défendre les retraites, pour soutenir la HALDE et préserver la gratuité des transports scolaires mise en cause par le conseil général des Ardennes, pour agir contre les paradis fiscaux.

Jusqu’à maintenant, à l’exception des élus du Front National qui quittent systématiquement l’hémicycle lors de l’examen des voeux, tous les élus de droite ont calqué leur comportement sur les élus de l’extrême droite en refusant de participer au débat sur les voeux.

Un comportement méprisant et inquiétant

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1088

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|